Port du casque obligatoire

 

chorégraphie Boris Ganga Bouetoumoussa

avec Boris Ganga Bouetoumoussa, Fanny Mabondzo, Marlow Cryss Nanitelamio, Loïck Ngoukou Nambou, Dimitri Claudia Nanitelamio.

musique Vladmir Kandza dit Kavla et Boris Ganga Bouetoumoussa

extraits du texte "Les murs sont gris" de et lu par Dieudonné Niangouna

dramaturgie et vidéo Aliénor Vallet

lumière: Aliénor Vallet et Papytcho Matoudidi

production Cie Bô Zu Dia Katiopa

avec le soutien du Centre culturel français de Brazzaville et du CFRAD (Congo)

création pour la Biennale Dense l'Afrique Danse à Bamako (Mali) 2010

 

 

A Brazzaville, la roche des Cataractes brisée en caillasse est transportée jour et nuit par d’énormes camions : une nouvelle ère de Grands Travaux gagne le Congo. C’est aussi le cas à N’Djamena, Dakar, Bamako, Kinshasa, Libreville, Malabo : l’Afrique n’est qu’un vaste chantier. De quelles constructions, de quelle modernité l’Afrique a-t-elle besoin? Que réclament nos pierres? Comment mettre l’Afrique en marche ? Sans prétendre répondre, Port du casque obligatoire propose une réflexion sur les enjeux socio-économiques soulevés par ces questions et invite le public à assister à ce débat.

L’espace scénique est ici un vaste chantier. Le travail chorégraphique s’élabore autour du « couché-sauté-debout-marché-à genoux » où se construit et se déconstruit le corps avec la manipulation des pierres, définissant des poids, des résistances, des prises de risques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autour du spectacle

film Chantier autorisé au public d'Aliénor Vallet